Voici pourquoi l’interprétation de l’ECG est facile !
Dr. Abdelouaheb FARHI

Par:

Voici pourquoi l’interprétation de l’ECG est facile !

Première règle : l’interprétation d’un tracé d’électrocardiogramme est facile !

Cet article fait parti de ma formation par E-Mail : démolir le mythe de l’ECG difficile.

Je voudrais dès le départ de cet article démolir une croyance : interpréter un ECG c’est difficile, il faut lire des tonnes de livres spécialisés dans l’ECG, mais pas que ça : il faut en plus de l’expérience et interpréter beaucoup de tracés, certains précisent même un nombre de tracés par jour …

C’est du pure blabla …

Aujourd’hui j’ai le plaisir de vous annoncer la fin d’un mythe : toutes ces croyances sont toutes fausses !

 
Ces croyances ne font pas la différence entre interpréter un ECG et maîtriser l’ECG.

 
Interpréter l’ECG : c’est savoir reconnaître un ECG normal et ne pas passer devant les 20 % des ECG qui représentent les 80% des cas rencontrés en pratique (du principe de Pareto).
 
Maitriser l’ECG : c’est le fruit de plusieurs années d’expérience et de pratique, ce qui va vous permettre d’avoir une approche plus personnel et savoir tirer le maximum d’un tracé d’ECG souvent associé à d’autres performances en cardiologie.

 
Pourquoi cette croyance ?

 
La raison de cette croyance est simple : on croit qu’il faut maîtriser TOUT l’ECG pour pouvoir l’interpréter, qu’il faut reconnaître tous les troubles du rythme par cœur, tous les syndromes coronariens et localiser précisément l’artère obstruée, qu’il ne faut jamais passer devant les signes électriques d’une embolie pulmonaire, d’une ACFA, d’un bloc de branche qui cache un syndrome coronarien, etc.

Tout ça c’est faux ! Comme mentionné plus haut, il suffit de reconnaître les 20 % de l’ECG pour interpréter les 80 % des cas rencontrés en pratique clinique.

 En fait, interpréter un ECG c’est comme conduire une voiture.

Si vous passez votre permis de conduire, au début, la conduite va vous sembler très difficile : les simples règles à suivre pour démarrer surtout quand il s’agit d’une voiture à boite manuelle vous semble un véritable défi :

 
• s’assurer de mettre la vitesse sur le point mort,
• boucler sa ceinture,
• mettre le contact,
• démarrer le moteur,
• regarder sur votre rétroviseur,
• appuyez sur l’embrayage,
• mettre la première,
• déclencher le clignotant,
• sortir doucement,
• faire quelques mètres avant de déclencher la deuxième,
• etc.
 

Pourtant, après quelques jours de pratique, toutes ces étapes deviennent insignifiantes : c‘est un automatisme.

Après quelques mois de pratique, la conduite devient quelque chose d’habituel, un jeu d’enfant !

Le plus important dans tout ça : c’est d’avoir les bonnes habitudes dès le départ.

C’est exactement la même chose pour l’ECG …

Vous ne devez pas savoir comment fonctionne l’ECG pour bien l’interpréter !

Il n’est pas nécessaire de savoir le mécanisme de la genèse du tracé de l’ECG pour savoir l’interpréter. Comme pour votre voiture, vous n’allez pas apprendre comment fonctionne un moteur thermique, électrique ou hybride pour pouvoir conduire votre voiture !

Pour revenir à l’exemple de démarrage d’une voiture : on peut faire l’analogie avec l’interprétation de l’ECG :

Imaginons maintenant qu’au cours des différentes étapes vous rencontrez un problème : un chat qui passe devant vous et disparaît ! Allez-vous continuer la procédure et démarrer la voiture ? Bien sûr que non ! Vous allez arrêter tout, sortir de la voiture et vérifier ou est le chat !

C’est la Même chose pour l’ECG : si vous rencontriez une anomalie à l’ECG, vous n’alliez pas continuer l’interprétation rapide, vous allez plutôt vous arrêter, analyser l’anomalie et essayer de comprendre.

Mais qu’on s’entend bien : je ne dis pas qu’il est inutile d’apprendre l’automatisme et la conduction de l’activité électrique du cœur, bien évidemment qu’il faut le savoir, mais vous n’allez pas l’inclure dans votre courbe de l’oublie (notion très importante traitée dans les Emails de formation).

Comme il serait bénéfique de bien savoir les bases de fonctionnement d’un moteur, d’une boite de vitesse, d’un moteur hybride, de même pour l’ECG, reconnaître les bases de l’électrophysiologie cardiaque et la genèse des ondes ECG serait un plus à ne pas négliger.

Gardez une approche simple !

L’approche que je suggère en parallèle avec la notion de conduite automobile est la suivante :

Ainsi, l’interprétation d’un ECG est une question de priorités !

Références & bibliographie