Onde P

Onde P

L’onde P est la première onde détectable sur un tracé d’ECG, elle correspond à la contraction des oreillettes (dépolarisation auriculaire), vue la faible masse des oreillettes par rapport aux ventricules l’onde P est petite par rapport au complexe QRS.

Mais avant de continuer, n’avez-vous pas plutôt besoin d’une formation sur l’interprétation de l’électrocardiogramme ? si oui :

Moi aussi, j’avais des difficultés à interpréter l’ECG !

Comment j’ai enfin réussi à interpréter l’électrocardiogramme grâce à la méthode 20/80

Formation pour médecins apportant :

La preuve que l’interprétation de l’ECG est facile et démolir le mythe de l’ECG difficile à interpréter, 

Pourquoi il suffit d’apprendre l’ECG normal et quelques anomalies pour maîtriser tous les ECGs que vous allez rencontrer en pratique, 

Savoir enfin mémoriser le nécessaire sur l’ECG pour l’utiliser dans votre cabinet médical.

Recevoir la formation dans vôtre boite email :

Si non, alors continuons :

La première partie de l’onde P correspond à l’oreillette droite alors que la deuxième partie correspond à l’oreillette gauche.

Ainsi, si on devise l’onde P en trois tiers : les deux premiers tiers correspondent à l’oreillette droite alors que les deux derniers tiers correspondent à l’oreillette gauche. Le tiers moyen est la superposition des deux oreillettes.

Composition de l'onde P [
Composition de l’onde P (astuce mnémotechnique : l’image du kangourou le « d » de droite et la tête du kangourou et le « g » de gauche est le corps et les pieds de l’animal 😉

L’oreillette droite précède la gauche parce-que l’activation se propage en premier lieu sur l’oreillette droite puis dans l’oreillette gauche.

L’onde P normale est constituée de la juxtaposition de l’onde P auriculaire droite et de l’onde P auriculaire gauche.

Polarité de L’onde P.

Lorsque l’influx se propage au niveau du myocarde auriculaire dépolarisant les oreillettes, l’électricité générée se dirige vers les différentes électrodes et elle est détecté sous forme de déflexion positive. Exception faite pour la dérivation aVR qui elle voit le courant électrique s’éloigné enregistrant une déflexion négative.

Ainsi, sur le plan morphologique, l’onde P de l’ECG est :

La meilleure dérivation pour étudier l’onde P est la dérivation D2 puisque c’est là où elle est la plus ample (≤ 2,5 mm), elle arrondie et monophasique, mais peut être biphasique voir multiphasique toute en restant normale.

Caractéristiques de l’onde P :
1. Durée < 0,10 secondes, amplitude ≤ 2,5 mm en D2 et V1,
2. Toujours négative en aVR,
3. Positive en D1 et D2.

Fréquence

La fréquence normale de l’onde P reste entre 60 et 100 par minute.

Les variations à la normale sont :
1. La tachycardie sinusale : fréquence supérieure à 100 par minute
2. Bradycardie sinusale : fréquence inférieure à 60 par minute.

L’axe

L’axe normal de l’onde P est compris entre 0° et 75° (habituellement entre 45° et 60°).

L’onde P pathologique

L’onde P pathologique est une onde P qui apparaît en D2:

Allongée et bifide :

Ample :

Négatif en D2 :

L’onde P ne devrait pas être négative en D2, si c’est le cas il s’agit probablement d’un foyer ectopique.

Négatif en D1 :

L’onde P négative en D1 fait suspecter des électrodes inversées ou une dextrocardie.

Références & bibliographie